Prise en charge d’adultes en souffrance avec leur poids.

 

La diététique du Bien-être. Choisir de mincir avec plaisir !

Choisir, c’est comprendre ce que l’on attend de son amaigrissement en se centrant sur ses valeurs. Ces dernières seront l’énergie indispensable pour parcourir le chemin.

« Mieux vaut mincir que maigrir ». Alors que maigrir impose des contraintes, mincir tend vers la recherche d’une harmonie entre notre image, notre ressenti et notre relation à la nourriture.

Avec plaisir ! Parce que c’est essentiel. Nous avons besoin d’ingrédients qui ont du goût, des recettes qui respectent nos envies, un régime qui intègre notre vie et notre culture pour trouver la satisfaction du repas

 

Problématiques :

 

  • Insatisfaction corporelle/mauvaise image de soi. « Je me sens trop gros(se), pas beau/belle »
  • Stigmatisation sur le poids et grossophobie
  • Angoisses, peurs et fausses croyances autour de l’assiette
  • Gestion du temps et des repas
  •  « Je contrôle tout ou rien »
  • « Manger c’est comme une addiction »
  • Prise dans l’engrenage des régimes qui, au final, font grossir dans 95 % des cas. « Je maigris et puis je regrossis encore plus »
  • Contexte obésogène
  • Infobésité (Surinformation)

 

Prise en charge :

 

La personne qui opte pour une prise en charge diététique, choisit de comprendre ce qu’elle attend de son amincissement en se centrant sur ses valeurs. Ces dernières seront l’énergie indispensable pour parcourir le chemin.

 

La dynamique utilisée s’inspire de la thérapie ACT (= thérapie d’acceptation et d’engagement).

Elle commence par une mise au point métabolique, nutritionnelle, diététique et comportementale ainsi que des conseils pour une a adaptée. En dernier recours, un accompagnement, une préparation et un suivi de la chirurgie bariatrique peuvent être mis en place.

 

La prise en charge rentre dans une approche intégrative bio-psycho-sensorielle.

 

  • Le biologique. Les mécanismes neurobiologiques impliqués dans la régulation sont de mieux en mieux connus. L’interaction de la personne avec son environnement et son fonctionnement sont modifiables.

 

  • Le psychologique. Les mangeurs émotionnels cherchent à minorer des émotions et des pensées pénibles en mangeant. Les interdits d’ordre nutritionnel pesant sur les aliments les plus réconfortants (gras et/ou sucrés) induisent une culpabilité et une peur de grossir qui déclenchent et entretiennent les prises alimentaires compulsives. Ces personnes ont tendance à développer des addictions comportementales et ont des réponses alimentaires pour de plus en plus de situations.

 

  • Le sensoriel. Les mécanismes de régulation neurobiologiques s’expriment par les sensations alimentaires de faim, de rassasiement, de satiété ainsi que par des appétits spécifiques. Le respect de ses sensations alimentaires permet de conserver et d’atteindre son poids d’équilibre. Celui-ci est le poids naturel dont l’un des déterminants est génétique. Notre poids d’équilibre peut augmenter, et ce, de manière irréversible, notamment après un régime.

 

Le suivi avec le diététicien praticien du G.R.O.S (Groupe de Recherche sur l’Obésité et le Surpoids) est centré sur 3 axes pouvant varier selon les besoins.

  • Traiter la restriction cognitive. Apprendre à manger sur un mode intuitif ce que l’on désire, sans culpabilité, en respectant ses sensations
  • Devenir apte à accepter, à tolérer, à vivre ses émotions sans chercher à les éviter et à travailler sur les situations douloureuses présentes ou passées
  • Changer et améliorer ce qui peut l’être et accepter ce qui ne peut être changé, s’affirmer face aux autres et retrouver de l’estime de soi

 

Concrètement, lors du premier entretien, le patient sera amené à répondre à un petit questionnaire alimentaire afin de cerner au mieux son comportement alimentaire, ses habitudes de vie, ses motivations et de comprendre, s’il souffre d’une pathologie, l’origine de celle-ci.

 

Ensuite, au fil des rencontres, grâce à des petites expériences de dégustation ainsi qu’un entrainement régulier à la pleine conscience, il apprendra à mieux gérer ses émotions, à répondre à ses besoins, à suivre ses envies sans peur et sans culpabilité. Il réussira progressivement à quitter la table confortable et heureux. Le patient apprendra la modération ainsi qu’à équilibrer et à mieux varier ses menus sans frustration.

 

Chaque rendez-vous sera l’occasion de renforcer la motivation de la personne, de l’encourager et de l’armer de connaissances afin qu’elle gagne en autonomie. Cela lui permettra de lui donner de nouvelles idées, de déconditionner ses fausses croyances, de l’aider à gérer son stress et enfin, de s’affirmer dans le regard de l’autre.

 

Des ateliers pratiques collectifs sont également mis à disposition afin de donner des repères, de développer l’esprit critique et d’acquérir des compétences pour ne plus tomber dans les pièges du marketing. Les thèmes abordés seront :

 

  • la compréhension et la lecture d’étiquettes afin de permettre de mieux faire vos courses
  • la découverte de nouvelles saveurs
  • l’apprentissage des différentes techniques de cuisine et l’adaptation de recettes à la prescription diététique
  • la diversification des menus

 

Le patient devient ainsi de plus en plus autonome et créatif et il maintient des habitudes saines et délicieuses pour la vie.

 

Durées et tarifs :

 

Bilan nutritionnel (60 min) : 50 euros.

Bilan comportemental (60 min) : 50 euros.

Suivi individuel (30 min) : 30 euros.

Suivi individuel (45 min) : 45 euros.

Atelier ponctuel par thème (Ingrédients compris) : 15 euros /pers.

 

Psychonutritionniste :

 

Pascale Marcoux