Prise en charge d’enfants de 14 à 18 ans.

 

Problématiques :

 

  • États de stress post-traumatiques (guerre, viol, accident, hold-up, agression, etc.)
  • Deuil
  • Divorce
  • Difficultés scolaires, harcèlement
  • Douleurs
  • Phobies
  • Émotions négatives

 

Prise en charge :

 

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une pratique de désensibilisation et de reprogrammation par les mouvements oculaires. Il permet de débloquer les mécanismes naturels de traitement de l’information afin que le traumatisme puisse être re-traité.

 

Cette thérapie permet d’évacuer la charge émotionnelle négative liée au traumatisme, mettant ainsi fin aux souffrances et aux réactions néfastes (anxiété, peurs incontrôlées, crises de panique, compensations de toutes sortes, etc.). Elle est efficace dans d’autres types de troubles comme la toxicomanie, l’anorexie ou la dépression.

Des perturbations (symptômes divers) apparaissent quand notre cerveau est dépassé par un choc traumatique et n’arrive pas à traiter (ou digérer) les informations comme il le fait normalement. Il reste bloqué sur l’évènement, sans que nous en ayons conscience et ce sont les vécus traumatiques non digérés qui sont source de ces perturbations.

 

Un entretien préliminaire permet à l’enfant d’établir une relation de confiance avec son psychologue et d’identifier, avec son aide, le ou les souvenirs traumatiques à l’origine de ses difficultés. Ces souvenirs sont ensuite re-traités lors des séances. Le processus de traitement activé par la méthode est un processus conscient. Il correspond à ce que fait naturellement notre cerveau quand il ne se bloque pas.

 

Au début d’une séance EMDR, le praticien demande à l’enfant de se concentrer sur l’évènement perturbant, en gardant à l’esprit les souvenirs sensoriels, ainsi que les pensées et ressentis actuels qui y sont associés. Le praticien commence alors des séries de stimulations bilatérales alternées, c’est-à-dire qu’il stimule le cerveau alternativement du côté gauche puis droit : soit par des mouvements oculaires, soit par des stimulations tactiles, soit par des bips sonores. Entre chaque série, il suffit alors que la personne remarque ce qui lui vient à l’esprit.

 

Les séries de stimulations bilatérales continuent jusqu’à ce que le souvenir de l’évènement ne soit plus source de perturbations mais soit associé à des ressentis calmes ainsi qu’à des pensées positives et constructives. Lors d’une séance d’EMDR, la personne peut traverser des émotions intenses, et à la fin de la séance, il peut généralement ressentir une nette amélioration.

 

Durée et tarif :

 

Séance individuelle (60 min) : 50 euros.

 

Psychothérapeute :

 

Jennifer Michiels