Prise en charge de l’adulte porteur d’un handicap.

 

Problématiques :

 

  • Difficultés liées à l’acceptation du handicap
  • Tristesse et affects dépressifs
  • Angoisse et anxiété
  • Estime et image de soi chancelantes
  • Syndrome post traumatique (perte, deuil, séparation, violence)
  • Gestion des émotions
  • Questions liées à la sexualité
  • Difficultés relationnelles au sein de la famille
  • Problèmes de couples
  • Toute autre problématique liée au handicap (scolarité, choix professionnel, choix du milieu de vie, etc.)
  • Double diagnostic ou problématique psychopathologique ou psychiatrique sur le segment handicap / maladie mentale

 

Prise en charge :

 

« La personne handicapée est d’abord une personne et, au niveau de l’appréciation net de la valeur, son handicap ne la définit que de façon secondaire. Tout ce qui touche à la vie, la vie affective, relationnelle voire sexuelle ne doit pas se poser en des termes différents de ceux qui prévalent pour toute autre personne. Dans absolument tous ces domaines, le handicap ne saurait être décisif ou premier, il est second, secondaire, accidentel. »

 

La thérapie cherchera donc entre autres à atteindre comme l’a dit le sociologue français Ricoeur « la visée d’une vie bonne pour soi avec et pour les autres » Il s’agira donc d’apporter un soin spécifique, une attention particulière de sorte que l’on veille, comme jamais, à éveiller, préserver et maintenir les conditions d’une juste estime de soi. Le thérapeute sera particulièrement attentif à ne pas se mettre à la place d’une autre personne qui « inter-vient » déjà dans la vie de la personne handicapée et y occupe parfois une présence hypertrophiée.

Cette présence interfère dans les choix que la personne peut poser pour guider sa vie…

 

Le handicap n’est pas « normal », il n’était pas attendu et est venu de par son apparition modifier tous les schémas relationnels prévus. Il a fracturé le psychisme et la psychologie de la personne qui en est victime tout comme il a modifié en profondeur les relations « entre » cette personne et ses parents.

 

C’est en explorant ces relations « modifiées » que la thérapie se propose de « faire sens » en vue de retrouver un équilibre plus apaisé.

 

Durées et tarifs :

 

Séance individuelle (50 min) : 60 euros.

Séance familiale (60 min) : 60 euros.

 

Psychologue :

 

Alain Grandhenry