01 Août 2018

BY: admin

Psychologie de l’adulte

« Qu’est-ce que la périnatalité ?

La périnatalité est le domaine clinique qui s’intéresse à ce qui se passe autour de la naissance.

Domaine ou champ clinique

La périnatalité comporte donc le champ de l’obstétrique de la grossesse et de l’accouchement mais aussi de la naissance prise comme événement et des relations précoces parents-enfant. Enfin, le champ périnatal implique aussi parfois, précocement, la clinique de l’infertilité.

Professionnels impliqués

Les professionnels impliqués dans la périnatalité relèvent à la fois du domaine médical et paramédical ainsi que psychologique.

  • Médical, en tant que médecins : gynécologues obstétriciens et spécialistes de la procréation assistée, pédiatres, psychiatres

  • Paramédical, en tant que sages-femmes, kinésithérapeutes, haptonomes, infirmiers pédiatriques ou exerçant dans des unités de maternité simples ou d’"intensive care" (lorsque la grossesse est à risque ou que l’enfant est né prématurément)

  • Psychologues et sexologues, pour les relations d’accompagnement simple et psychothérapeutiques

  • À ces domaines cliniques, s’ajoutent aussi de nouveaux types de praticiens, non reconnus ceux-là : doulas, sophrologues, coachs….

Public concerné

Les personnes susceptibles de consulter des spécialistes en périnatalité constituent un public assez large comportant des parents, des futurs parents ou des candidats à la parentalité.​​ 

Si l’on constate évidemment une demande importante des femmes (on pense aux « dépressions post-partum »), il n’en demeure pas moins que la demande émane également des pères (anxiété, troubles des conduites, troubles addictifs, couvade, dépression).

Les équipes médicales ou sociales (unités de maternité ou pédiatriques, crèches… par exemple) sollicitent également les psychothérapeutes de la périnatalité lorsque des difficultés semblent apparaître chez des mères ou des pères (anxiété importante,​​ accordage difficile avec les besoins du nouveau-né, risque supposé pour l’enfant en cas de négligence et/ou de maltraitance du nouveau-né…).​​ 

Pourquoi consulter ?

Voici quelques situations fréquentes donnant lieu à des consultations périnatales :

  • Une situation d’infertilité prolongée, rendant particulièrement présente la question de devenir (un jour) parent, ses implications douloureuses sur les relations de couple et sur la sexualité, sur l’image de soi devenue déficitaire, sur la crainte de rester « manquant » de l’enfant tant attendu

  • Un désir d’accompagner la grossesse, de préparer à la naissance, à l’allaitement

  • Une demande (psychothérapeutique ou non) d’aide dans les relations d’attachement au bébé nouvel arrivé

  • Une demande de suivi de couple quand naissance rime avec bouleversement pour les parents

  • Un « deuil périnatal » : il arrive aussi, en effet, que des psychologues soient sollicités par l’équipe médicale dans le cadre d’une IMG (intervention médicale de grossesse visant un avortement thérapeutique), d’une IVG simple impliquant une difficulté ou préventive, d’une fausse-couche (précoce ou tardive) ou en cas de décès infantile (après la naissance, syndrome de mort subite) ; les parents eux-mêmes étant parfois bien sûr à l’origine de la demande

  • Une naissance prématurée d’un enfant relève également du champ périnatal, aussi bien au niveau pédiatrique que psychologique pour les parents généralement peu préparés à l’éventualité d’une naissance survenant trop tôt et à ses conséquences neurologiques ou fonctionnelles pour l’enfant comme narcissiques ou affectives pour les parents

  • Des naissances multiples, exigeant des parents une adaptation particulièrement importante à tous niveaux (risques pendant la grossesse et après la naissance, risque couplé avec des naissances généralement prématurées, fatigue, anxiété, problèmes socio-économiques)

  • Une grossesse non planifiée ou non préparée dans un contexte à risque

  • Après un déni de grossesse

  • Un diagnostic anté-natal ou post-natal d’une anomalie foetale

  • Des complications médicales survenant lors de la grossesse ou de l’accouchement impliquent parfois des difficultés psychologiques pour la mère pouvant, en outre, menacer la relation affective avec l’enfant quand il​​ a été question d’un risque vital pour l’un ou les deux partenaires de la dyade mère-enfant

  • Enfin, les épisodes de « baby-blues » ou de dépression pré- ou post-partum modérée ou sévère en sont une illustration supplémentaire. » »