16 Juil 2018

BY: admin

Thérapie corporelle

Comments: Pas de commentaire

Fibromyalgie : la double peine

Un diagnostic par élimination
Si les douleurs et la fatigue sont communes à tous les patients, les autres symptômes diffèrent d’un malade à l’autre, rendant plus complexe encore le diagnostic. « Avec la fibromyalgie, il n’y a que des cas particuliers ! » explique le Dr Jean-François Marc. « Depuis 2010, pourtant, il existe un certain nombre de critères qui permettent aux médecins de déceler la présence de ce syndrome. » La première étape consiste par exemple à éliminer toutes les autres maladies susceptibles d’avoir pour symptômes des douleurs diffuses.
« Je suis atteinte de fibromyalgie depuis de nombreuses années – au moins 15 ans ! – mais je n’ai été diagnostiquée qu’il y quatre ans », raconte Christoun. « Je ne suis pas du genre à me plaindre, et les rares fois où je l’ai fait, les médecins me répondaient « Moi aussi, madame, j’ai mal au dos ! » ». Cette fin de non-recevoir, de nombreux patients l’ont essuyée avant d’être enfin pris au sérieux. « Cela faisait des années que je parlais de mes douleurs, explique Kinou, mais les médecins me répondaient “On croirait entendre un patient de 75 ans. Mais ceux-ci arrivent encore à bécher leur jardin !” ».
Pour Argane, ce manque de reconnaissance est parfois plus douloureux que la maladie elle-même : « Les douleurs sont pénibles, mais le plus dur, c’est d’être entendu. Par les proches, les collègues, et surtout par le corps médical non spécialisé et la Caisse Primaire d’Assurance Maladie. » En effet, la maladie a longtemps eu la réputation d’être purement psychosomatique. « La douleur n’est pas prise en compte, et ça, c’est insupportable ! » s’insurge la jeune femme. « Nous sommes, pour le moment, perçus comme des hypocondriaques, et c’est une grande injustice. »
Facteur psy : l’œuf ou la poule ?

Psychosomatique, la fibromyalgie ? Pas si simple. « La fibromyalgie n’est assimilable à aucune maladie psychiatrique caractérisée », précise le Dr Charley Cohen, rhumatologue et auteur de La Fibromyalgie, un état douloureux enfin reconnu et pris au sérieux . Pour autant, dans 30% des cas, les patients fibromyalgiques sont également traités pour dépression.
C’est le cas de Kinou : « Je suis allée consulter un psychiatre car j’avais trop de douleurs, de fatigue et de mauvaises pensées. Mais dès mon premier rendez-vous, j’ai demandé à mon psy s’il était possible que ma condition physique soit à l’origine de ma dépression. Peu de temps après, j’ai été diagnostiquée fibromyalgique. »
« On ne peut pas résumer la fibromyalgie à un symptôme dépressif », insiste néanmoins le Dr Marc. « A force de souffrir, de ne pas être reconnu, cela peut conduire à un alitement dépressif, si bien que certains patients ne luttent plus contre la maladie, ils la subissent ». La dépression serait donc un symptôme de la fibromyalgie, et non le contraire.
« Une douleur qui devient chronique engendre des perturbations sur la vie familiale, professionnelle, affective… » renchérit le Dr Cohen dans son ouvrage sur la fibromyalgie. « Elle finit par retentir sur le psychisme du patient et peut provoquer alors des troubles dépressifs. A son tour, la dépression réactionnelle entretient ou majore la douleur. C’est la spirale infernale. »
Dépressif ou non, pour le Dr Marc, il est intéressant d’inviter le patient à creuser dans son enfance pour y trouver des réponses : « Le patient a la solution, bien souvent ! », explique-t-il. « Tant qu’on ne fait que du traitement symptomatique et superficiel, on permet aux patients de mieux vivre avec ses douleurs, mais on ne règle rien ».
La guérison est possible

Beaucoup de facteurs restent donc inconnus, mais la recherche progresse. « La fibromyalgie serait un dérèglement des voies de la douleur, dû sans doute à un gros stress durant l’enfance, voire la vie prénatale » avance le rhumatologue. « La partie du cerveau qui gère le stress serait alors traumatisé, et plus tard, à l’âge adulte, le corps ne serait plus en mesure de répondre au stress de façon correcte. »
Autre difficulté pour le médecin et son patient : le choix du traitement. La première réponse au syndrome est pharmacologique. Les douleurs sont en effet soulagées grâce à des antalgiques et des antidépresseurs (non pour traiter la dépression mais pour agir sur les neurones qui gèrent la douleur). Puis à chaque symptôme, sa réponse pharmacologique. Là encore, « il n’y a que des cas particuliers » souligne le Dr Marc. La seconde partie du traitement est thérapeutique et peut différer, là aussi, en fonction du patient : cure thermale spécialisée, physiothérapie, sophrologie, programme dédié… « J’ai d’abord essayé la balnéothérapie », raconte Brigitte, diagnostiquée fibromyalgique depuis trois ans. « C’était très bien, mais insuffisant. J’ai ensuite fait une cure à Barbotan (voir encadré), et c’était une excellente expérience. J’y ai découvert le Qi Qong et la sophrologie. Grâce à un stage de Qi Qong avec le dr Liu Dong, j’ai retrouvé le sommeil. » Brigitte a également testé l’acupuncture, l’ostéopathie crânienne, la méditation en pleine conscience et même le hammam ! »

Dans notre centre:

Sophrologie : Brigitte Ghilain
Psychologie adulte – Thérapie systémique brève : Lise Moïses
Médecine Chinoise – Soins corporels pour la fibromyalgie : Brigitte Ghilain
Groupe de parole sur la Fibromyalgie: groupes@centredepsychologietdemieuxetre.be

28 Fév 2018

BY: admin

Thérapie corporelle

Comments: Pas de commentaire

La sophrologie: une aide pour gérer les tensions avant une intervention

Un nouveau témoignage sur l’efficacité de la sophrologie caycédienne sur le stress avant une opération chirurgicale. Une technique utile autant pour le praticien, qui évoque, ici, son expérience, que pour l’ensemble du personnel et pour les patients.

Le Dr Thibault Ludot, chirurgien et urologue raconte comment et pourquoi il fait appel à la Sophrologie Caycédienne pour la préparation de ses patients et de ses équipes au bloc opératoire avant l’intervention. En effet, il a remarqué que la prise en charge des patients sur le plan émotionnel lors de l’annonce d’un diagnostic ou d’une opération à venir était inexistante. Je vois les modifications psychologiques apportées par la sophrologie notamment sur le plan relationnel avec des patients nettement moins stressés. Evidemment, avoir des patients plus détendus permet d’éviter d’éventuelles situations de conflits avec le personnel. Un patient moins stressé arrive plus confiant au bloc opératoire, souligne le médecin.

Une manière plus sereine d’aborder les soins et l’intervention pour toute l’équipe soignante, les praticiens comme les paramédicaux, et ce, même si clairement on n’a pas l’habitude de ce genre de pratique. La confiance entre les différents membres du personnel est accentuée, ils paraissent plus soudés. Le chirurgien note une harmonie plus importante et surtout un calme intérieur contre lequel on n’a pas a lutter. Il est clair que lors d’une opération, le praticien a beaucoup de choses à gérer : son propre stress, celui du patient et celui du reste de l’équipe. D’où l’intérêt de ce travail de sophrologie pour lever ces tensions et ainsi lui permettre d’effectuer son travail en toute quiétude.

Dans notre centre: Sophrologie: Brigitte Ghilain