11. Accompagnement de l’enfant – Snoezelen et musicothérapie (0 à 18 ans)

Prise en charge de l’enfant et de l’adolescent hypersensible qui a besoin d’apaisement et de ressourcement, en silence (si l’enfant ne s’exprime pas par la parole), en français, en espagnol et en anglais.

 

Hypersensibilité émotionnelle ou sensorielle, haut potentiel (HP, enfant précoce), troubles du spectre autistique (TSA), troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) ou/et troubles de l’apprentissage (« dys »).

 

Problématiques :

 

  • Stress, anxiété (notamment à l’approche des examens)
  • Difficulté à gérer ses émotions
  • Difficulté à exprimer ses besoins
  • Difficultés de concentration
  • Manque de confiance en soi
  • Sentiment d’être incompris

 

Objectifs :

 

  • Se détendre, se ressourcer
  • Apprendre à canaliser son énergie et à gérer ses émotions
  • Apprendre à focaliser son attention sur une tâche
  • Se reconnecter à son corps, à ses sens
  • Mieux se comprendre, reprendre confiance en soi
  • Se connaître davantage et mieux utiliser son potentiel

 

Prise en charge :

 

L’accompagnement proposé allie les principes du Snoezelen (approche relationnelle et multisensorielle), de la musicothérapie active, de la psychologie positive, et du coaching, ainsi que de diverses pratiques corporelles et ludiques, telles que le Brain Gym, les mudrâs, la méthode RMTi (réflexes archaïques), la méditation guidée et la visualisation positive, notamment.

Il s’agit de vivre un moment de ressourcement et d’échange, où l’enfant sera accueilli, écouté, guidé, dans un cadre bienveillant et sécurisant. Lumière tamisée, musique relaxante ou joyeuse, matériel sensoriel, coussins, colonne à bulles, instruments de musique, éléments de la nature, etc. Tout se prête au relâchement, au jeu, et à l’éveil des sens (vue, ouïe, toucher, odorat, goût, intuition). L’espace est également prévu pour que l’enfant puisse jouer et se dépenser physiquement.

Par l’exploration sensorielle et la pratique de mouvements simples favorisant un mieux-être corporel et émotionnel, il apprendra petit à petit à se détendre, à exprimer ses émotions, à reprendre confiance en lui.

 

En fonction des besoins spécifiques de chacun, des méditations guidées pourront être proposées, ainsi que des exercices de centrage et d’ancrage pour développer la présence à Soi. L’enfant / le jeune pourra ainsi repartir avec des trucs et astuces à emmener à la maison ou à l’école pour apprendre à s’apaiser de façon autonome.

Un premier rendez-vous ou entretien téléphonique aura lieu avec les parents afin de discuter des besoins de l’enfant et de ce qui peut être attendu de cet accompagnement.

 

​Le parent qui souhaite créer une relation différente, plus sereine et ouverte avec son enfant pourra participer à quelques séances, une fois que ce dernier sera “prêt”. Le travail se fait toujours dans le respect des besoins et du rythme de l’enfant.

 

Pour plus d’efficacité, l’accompagnement est proposé sur du moyen terme, avec un minimum suggéré de 6 séances. Il est toutefois possible de participer à une seule séance ou de façon ponctuelle pour se détendre à l’approche des examens, par exemple.

 

Durées et tarifs :

 

Séance (60 min) : 60 euros.
Séance (90 min) : 70 euros.
Séance (120 min) : 80 euros.

 

Accompagnatrice Snoezelen :

 

Déborah La Monica

09. Accompagnement de l’enfant – Coaching systémique et stratégique (9 à 18 ans)
Prise en charge de l’enfant dès 9 ans.

 

Problématiques :

 

  • Difficultés à communiquer, à s’adresser aux autres
  • Emotions qui ne se régulent pas, pensées envahissantes
  • Difficultés dans ses relations amicales/amoureuses
  • Difficultés au sein de la famille, de la fratrie, avec ses parents
  • Problématiques liées à la séparation de ses parents et aux familles recomposées
  • Difficultés au sein de l’école avec les professeurs et/ou les élèves

 

Prise en charge :

 

Lorsqu’une difficulté empêche l’enfant de vivre normalement, qu’elle envahit son quotidien et qu’éventuellement elle s’intensifie malgré les solutions mises en place, l’approche systémique et stratégique de l’école de Palo Alto permet d’identifier les cercles vicieux dans lesquels le jeune se trouve malgré lui, afin de mettre en place une autre façon d’aborder le problème et ainsi d’amener un changement.

L’approche est stratégique car elle est focalisée sur la recherche de solution « ici et maintenant » et non sur les causes anciennes, et systémique car elle appréhende aussi le système relationnel dans lequel l’enfant évolue.

Également qualifiée de « thérapie brève », cette approche permet, dans bien des cas, la résolution du problème en quelques séances (entre 3 et 6 en moyenne).

 

Les étapes du coaching se déclinent de la manière suivante :

 

1. Présentation et validation du cadre 

Tenant compte des attentes du jeune et/ou de ses parents, notre praticienne précise les contours du coaching proposé et vérifie avec le jeune si la méthode lui convient. Le cadre de travail est précisé et validé.

 

2. Détermination conjointe de l’objectif du coaching

L’intervenante identifie avec le jeune les objectifs réalistes et atteignables de travail, ce qui devrait être résolu en priorité, ainsi que les éventuels risques.

 

3. Décodage du problème ou des difficultés

L’intervenante examine avec le jeune tout ce qui a été mis en œuvre pour résoudre son problème ou ses difficultés, afin de distinguer ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Il s’agit d’identifier les « tentatives de solutions » qui semblent logiques mais qui maintiennent ou aggravent le problème.

 

Le travail repose sur plusieurs axes :

  • Les faits concrets et actuels
  • Les interactions, afin de repérer les boucles et de comprendre la manière dont le problème fonctionne de manière circulaire (les cercles vicieux)
  • Les émotions positives et/ou négatives qui sont des moteurs ou des freins
  • Les pensées et les croyances qui influencent la perception de la situation

 

4. Déblocage et résolution du problème

Lorsque « les tentatives de solution » sont clairement identifiées, ainsi que la manière dont elles alimentent voire aggravent le problème, la praticienne propose au jeune des actions et des tâches concrètes, adaptées et sur mesure. Elle l’accompagne à déployer une autre manière de faire face aux difficultés (mouvement à 180 °) pour permettre d’amorcer le changement.

 

5. Consolidation et ancrage

Une fois le changement mis en place, la coach veille avec l’enfant/adolescent à inscrire le travail de manière durable dans son quotidien. Elle rappelle ce qui a été mis en place, les étapes, ce qui a changé dans son environnement et établit avec lui la manière de gérer les éventuelles « rechutes ».

 

Durée et tarif :

 

Séance individuelle (60 min) : 55 euros.

 

Praticienne en coaching systémique et stratégique et en thérapie brève :

 

Dorothée Caustur

 

12. Thérapie de l’enfant – Sophrologie (6 à 18 ans)

Prise en charge de l’enfant de 6 à 12 ans.

 

Problématiques :

 

  • Manque de confiance en soi
  • Anxiété / Angoisse / Peur
  • Comportements répétitifs centrés sur le corps – Onychophagie
  • Trouble du sommeil
  • Difficultés à grandir à l’école, dans son cercle familial, dans ses activités
  • Cap à passer (examen, prise de parole…)

 

Objectifs :

 

 

Dans un premier temps :

  • Arriver à une relaxation, une détente corporelle et mentale
  • Prendre conscience de son corps
  • Ôter les tensions

Pour ensuite :

  • Travailler sur le positif du présent, du futur et du passé de l’enfant
  • Travailler sur les capacités propres
  • Développer la confiance en soi
  • Travailler plus spécifiquement l’objet de la problématique

In fine :

Permettre à l’enfant à vivre pleinement et sereinement

 

Méthodologie :

 

 

La sophrologie caycédienne est la sophrologie authentique créée par le Docteur Caycedo. C’est cette méthode qui est pratiquée au centre. Pour les enfants, la méthode est adaptée en fonction de leur âge.

La sophrologue, par les séances qu’elle anime auprès des jeunes, donne des outils pour surmonter les difficultés personnelles de la vie quotidienne, dans une perspective positive. Petit à petit, grâce à la répétition des séances au cabinet et à domicile, l’enfant installe une force tranquille dans son « for(t) intérieur ».

 

L’approche est ludique. Les exercices de relaxation dynamiques sont adaptés. Le monde imaginaire est stimulé. Les richesses de l’enfant sont valorisées. La sophrologue accueille sans jugement et avec bienveillance.

 

Dans un premier temps, la sophrologue travaille la relaxation avec l’enfant ; détente des 6 systèmes l’un après l’autre, détente de tout le corps. Les exercices se basent sur le souffle, la respiration et l’activation de divers procédés en onde alpha, afin d’« être un corps sans tension ». Le processus se concentre sur l’accueil des sensations et des perceptions corporelles et débouche sur le développement de la corporalité.

Dans un deuxième temps, le travail s’axe sur la contemplation et la futurisation. Contemplation positive de l’être, développement de la confiance en soi, en fonction de la problématique.

Dans un troisième temps, le travail s’oriente sur la prétérisation (travail sur le « laisser venir » des événements positifs du passé).

Dans un quatrième temps, la sophrologue aborde les valeurs et les capacités propres de l’enfant, et aide ce dernier à les développer en se les appropriant.

 

Entre les séances, il sera demandé à l’enfant de pratiquer et de s’approprier certains outils vus pendant les séances.

 

Les séances se déroulent soit debout, soit assis.

 

En fonction de la problématique, il sera nécessaire de suivre de 3 à 6 séances.

 

Durée et tarif :

 

Séance individuelle (60 min) : 50 euros.

 

Sophrologue caycédienne :

 

Brigitte Ghilain

14. Psychonutrition de l’enfant et de l’adolescent (6 à 18 ans)

Prise en charge d’enfants : Grandir sans grossir = un jeu d’enfant

 

Prise en charge d’adolescents : Du junk food au slow food « Tu fais du bien à la nature, tu te fais du bien ! »

 

Postulats :

 

  • Les enfants et les adolescents sont de plus en plus livrés à eux-mêmes et seuls devant leur assiette.
  • Les adolescents sont de plus en plus touchés par l’obésité et les troubles du comportement alimentaire (Anorexie-Boulimie-Bigorexie-Orthorexie) ou des régimes alternatifs (ex. : véganisme).
  • Infobésité et masse d’informations contradictoires compliquent le tri de l’information
  • La palatabilité est la caractéristique de la texture des aliments agréables au palais. Elle dépend de facteurs socio-psychologiques liés aux notions de motivation et/ou de récompense, et de plusieurs facteurs dont en particulier la nature physicochimiques des produits, leur teneur en fibres et en graisses ou huile (lipides) , leur granulométrie ainsi que leur teneur en eau. Quels sont les clés pour comprendre ce phénomène qui fait qu’on n’arrive plus à s’arrêter de manger ?
  • Faire régime fait grossir dans 95 % des cas. Comment ne pas rentrer dans cet engrenage ?

 

Problématiques :

 

  • Contexte obésogène
  • Insatisfaction corporelle et mauvaise image de soi
  • Intimidation et stigmatisation sur le poids
  • Déstructuration du repas ou règlements de compte au cours des repas
  • Anxiété autour de l’assiette et manque de repères

 

Prise en charge :

 

La prise en charge peut être très différente en fonction de l’âge et des demandes mais aussi des traits d’appétit. Ceux-ci se réfèrent à la part du comportement alimentaire différent pour chaque enfant, dépendant de ses interactions avec son environnement et sa famille.

 

Chez le petit, le travail se fait autour de la construction du goût ; « Le goût vient dans la mémoire ». Tandis que chez les préadolescents et les adolescents, la rencontre porte sur la régulation du goût. Comment fait-on pour que, du plaisir, nous ne tombions pas dans l’addiction ?

 

Le but est de changer et d’améliorer ce qui peut l’être en stimulant l’intelligence émotionnelle et l’autonomie. Rien ne sera laissé au hasard. La gestion des émotions, du sommeil, des écrans et du sport seront abordés. Chaque séance est centrée sur un thème à partir duquel le partage des valeurs est au centre de l’attention afin que l’enfant développe des compétences pour s’affirmer dans le regard de l’autre.

Pour chaque rencontre, les parents et l’entourage recevront un apport théorique. Des débats et des défis seront également proposés aux adolescents qui le souhaitent.

 

 

Tout au long de l’accompagnement et à l’aide de petites expériences de dégustation, un entrainement régulier à la pleine conscience ainsi qu’à une valorisation de l’enfant, celui-ci apprendra à

  • mieux gérer ses émotions,
  • répondre à ses besoins,
  • suivre ses envies sans peur et sans culpabilité
  • réussir à quitter la table juste bien, heureux et en forme

 

Sans régime, l’objectif est que l’enfant grandisse sans grossir afin de ne pas faire baisser son métabolisme.

Pas à pas il apprendra à mieux équilibrer et varier ses menus, et ceci sans frustration. Progressivement, l’enfant sera plus respectueux de son corps.

 

Durées et tarifs :

 

Bilan nutritionnel et rééquilibrage (60 min) : 40,57 euros.

Bilan comportemental et parcours thérapeutique (60 min) : 40,57 euros.
Module de consultations individuelles (4 séances de 30 min) : 20,28 euros /séance.

Atelier ponctuel par thème (ingrédients compris) : 15 euros /pers.

 

Psychonutritionniste conventionnée :

 

Pascale Marcoux

13. Psychonutrition de la périnatalité et de la petite enfance (0 à 6 ans)

La diététique du Bien-être et du Bien-naître.

 

Prise en charge pour les futurs parents durant la grossesse ainsi que pour les jeunes parents à travers les étapes importantes de la diversification de l’enfant jusqu’à ses 6 ans.

 

Accompagnement des familles vers une alimentation durable plus respectueuse de l’homme et de la nature sans tomber dans le perfectionnisme et les déviances dangereuses pour la santé.

 

Postulat :

 

11 % des femmes enceintes sont en souffrance autour de l’assiette. Sans prise en charge, les déviances se répercutent par la suite chez l’enfant et déjà chez le tout-petit.

 

Problématiques :

 

– Lors de la grossesse :

 

  • Gestion du poids
  • Gestion des émotions liées à la nourriture (émotivité, restriction, externalité)
  • Prévention du diabète
  • Conseils contre la toxoplasmose et la listériose
  • Hypertension gestationnelle

 

– Après l’accouchement :

 

  • Choix entre l’alimentation au sein ou au biberon
  • Capacité à s’ajuster aux besoins alimentaires de l’enfant
  • Compétences pour les situations de nourrissage (apprentissage de l’allaitement, introduction de la cuillère, comprendre la néophobie alimentaire, alternatives aux punitions et récompenses autour du manger, etc.)
  • Tri dans la masse d’informations contradictoires destinées aux parents
  • Informations sur la diversification et la prévention de l’obésité
  • Gestion de l’anxiété du parent et de l’enfant autour de l’assiette

 

Prise en charge :

 

À travers la pleine conscience, l’écoute de leur propre corps, le langage de leurs émotions et l’identification de leurs besoins, la nutritionniste aide la future maman et son entourage à retrouver des repères et à se réconcilier avec l’acte de manger.

 

Les futurs et jeunes parents pourront alors trouver des réponses sur l’alimentation et la santé, sortir de la restriction, s’adapter à un environnement pas toujours facile ainsi qu’apprendre à gérer leurs émotions autrement qu’avec la nourriture.

 

L’objectif est double :

  • D’une part, il est d’apprendre à se réguler pour mieux comprendre bébé sans tomber dans les pièges du marketing et des troubles de l’image. C’est un accompagnement optimalisé au rythme des compétences de bébé.
  • D’autre part, il est de faciliter la transition vers une alimentation durable, motivée par des valeurs, loin des peurs et sans tomber dans le perfectionnisme.

Plutôt que de réfléchir, il s’agira de sentir pour tendre vers une alimentation plus intuitive. Cela permettra d’éviter les déviances et de diminuer les facteurs de risques de l’obésité et autres maladies dites « de civilisation » chez l’enfant.

 

À travers les rencontres, de nombreux outils pour manger mieux sans mettre à mal le budget seront utilisés.

 

L’approche psychonutritionnelle est une dynamique qui s’inspire de la thérapie ACT (thérapie de l’acceptation et de l’engagement). La prise en charge peut être très différente en fonction des demandes, des besoins et des traits d’appétit des futurs et jeunes parents. Propre à chaque personne et sensible aux interactions de celle-ci avec son environnement, le comportement alimentaire de chacun des proches va donc être pris en compte. Chaque séance sera centrée sur un thème bien particulier. Les parents recevront alors un apport théorique sur lequel nous échangerons. Par la suite, les parents se mettront en action avec de petits exercices.

 

Un bilan nutritionnel et comportemental (DEBQ – Child Feeding questionnaire) est également disponible.

 

Des ateliers, complémentairement, peuvent être proposés aux futurs jeunes parents et/ou aux proches de bébé.

 

Durées et tarifs :

 

Bilan nutritionnel et rééquilibrage (60 min) : 40,57 euros.

Bilan comportemental et parcours thérapeutique (60 min) : 40,57 euros.
Entretien de suivi individuel (30 min) : 20,28 euros.

Modules d’atelier pour 2 personnes (4 séances) : 20 euros /séance

 

Psychonutritionniste conventionnée :

 

Pascale Marcoux

07. Psychologie de l’enfant – Gestion traumas/harcèlement – EMDR (14 à 18 ans)

Prise en charge d’enfants de 14 à 18 ans.

 

Problématiques :

 

  • États de stress post-traumatiques (guerre, viol, accident, hold-up, agression, etc.)
  • Deuil
  • Divorce
  • Difficultés scolaires, harcèlement
  • Douleurs
  • Phobies
  • Émotions négatives

 

Prise en charge :

 

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une pratique de désensibilisation et de reprogrammation par les mouvements oculaires. Il permet de débloquer les mécanismes naturels de traitement de l’information afin que le traumatisme puisse être re-traité.

 

Cette thérapie permet d’évacuer la charge émotionnelle négative liée au traumatisme, mettant ainsi fin aux souffrances et aux réactions néfastes (anxiété, peurs incontrôlées, crises de panique, compensations de toutes sortes, etc.). Elle est efficace dans d’autres types de troubles comme la toxicomanie, l’anorexie ou la dépression.

Des perturbations (symptômes divers) apparaissent quand notre cerveau est dépassé par un choc traumatique et n’arrive pas à traiter (ou digérer) les informations comme il le fait normalement. Il reste bloqué sur l’évènement, sans que nous en ayons conscience et ce sont les vécus traumatiques non digérés qui sont source de ces perturbations.

 

Un entretien préliminaire permet à l’enfant d’établir une relation de confiance avec son psychologue et d’identifier, avec son aide, le ou les souvenirs traumatiques à l’origine de ses difficultés. Ces souvenirs sont ensuite re-traités lors des séances. Le processus de traitement activé par la méthode est un processus conscient. Il correspond à ce que fait naturellement notre cerveau quand il ne se bloque pas.

 

Au début d’une séance EMDR, le praticien demande à l’enfant de se concentrer sur l’évènement perturbant, en gardant à l’esprit les souvenirs sensoriels, ainsi que les pensées et ressentis actuels qui y sont associés. Le praticien commence alors des séries de stimulations bilatérales alternées, c’est-à-dire qu’il stimule le cerveau alternativement du côté gauche puis droit : soit par des mouvements oculaires, soit par des stimulations tactiles, soit par des bips sonores. Entre chaque série, il suffit alors que la personne remarque ce qui lui vient à l’esprit.

 

Les séries de stimulations bilatérales continuent jusqu’à ce que le souvenir de l’évènement ne soit plus source de perturbations mais soit associé à des ressentis calmes ainsi qu’à des pensées positives et constructives. Lors d’une séance d’EMDR, la personne peut traverser des émotions intenses, et à la fin de la séance, il peut généralement ressentir une nette amélioration.

 

Durée et tarif :

 

Séance individuelle (60 min) : 50 euros.

 

Psychothérapeute :

 

Jennifer Michiels

06. Psychologie de l’enfant – Thérapie du handicap (6 à 18 ans)

Suivi et traitement de l’enfant et l’adolescent porteur d’un handicap.

 

Problématiques :

 

  • Difficultés liées à l’acceptation du handicap
  • Difficultés liées à l’acceptation de l’autorité parentale et autres
  • Affects de tristesse et sentiments dépressifs
  • Troubles d’angoisse et d’anxiété
  • Problématique liée à l’image et à l’estime de soi
  • Situations post-traumatiques (perte, deuil, séparation)
  • Problématiques liées à la sexualité
  • Comportements violents et troubles d’opposition
  • Troubles de la scolarité
  • Difficultés quant à une orientation professionnelle
  • Questionnement sur le choix d’un milieu de vie
  • Toute autre problématique en relation avec le handicap

 

Prise en charge :

 

« La personne handicapée est avant tout une personne ; le handicap ne saurait être décisif ou premier ; il n’est pas essentiel mais second, secondaire, accidentel. »

Cette image d’incapacité que la société attribue à une personne porteuse d’un handicap, cette dernière la fait sienne : « Je ne suis capable de rien », « Jamais je ne pourrai travailler ou trouver l’amour »…

Pourtant, il faut laisser le handicap à sa juste place : entre déni et sur-attribution, reconnaître ses limites, sans se laisser enfermer dedans. Avoir un regard positif et tourné vers le possible. Il n’y pas de solution facile. Mais cela aide de considérer son handicap non pas comme un grand drame insoluble mais bien en le décortiquant en multiples situations-handicaps pour lesquelles il faut soit trouver une adaptation, soit les accepter.

 

La thérapie proposée s’intéresse aux relations « entre » la personne handicapée et sa famille mais également aux relations que le patient entretient avec autrui au sein des différents cercles dans lesquels il évolue.

Même si le préalable est que la personne handicapée est un « sujet » au même titre que toute autre personne, il faut néanmoins considérer que le handicap – qui s’est invité de force à la table de la famille – vient bouleverser un certain équilibre chez les parents, les frères et sœurs mais aussi dans la famille au sens large.

 

Le psychothérapeute rencontre l’enfant ou l’adolescent seul mais également avec ses parents, sa fratrie, ses grands-parents et/ou d’autres acteurs du système (école, institution, …). Le but est de mieux comprendre les relations et la fonction du symptôme. Le thérapeute pourra ainsi proposer des pistes de changements afin que le système retrouve un nouvel équilibre dans lequel le symptôme n’aura plus besoin de s’exprimer, d’exister.

 

Durées et tarifs :

 

Séance individuelle enfant (45 min) : 60 euros.

Séance avec les parents ou/et le reste de la famille (60 min) : 60 euros.

 

Psychologue :

 

Alain Grandhenry

10. Accompagnement de l’enfant – Coaching scolaire (12 à 23 ans)

Prise en charge d’enfants et d’adolescents entre 12 et 23 ans.

 

Problématiques :

 

  • Manque de confiance en soi
  • Mal-être
  • Difficultés relationnelles avec ses camarades de classe, avec ses professeurs
  • Difficultés d’apprentissage
  • Difficultés à s’organiser
  • Mauvaises notes malgré une intelligence certaine
  • Décrochage scolaire
  • Haut potentiel
  • Timidité excessive – n’ose pas s’exprimer en public
  • Peur de décevoir ses parents
  • Problèmes de concentration
  • Manque d’intérêt, de motivation, de volonté, de dynamisme, lassitude
  • Changements d’humeur, apathie, plaintes incessantes concernant les autres
  • Difficultés à choisir une orientation pour une option, des études supérieures, une formation ou un métier.

 

Le coaching scolaire s’adresse à tous les jeunes qui éprouvent des difficultés à évoluer sereinement dans la sphère de l’école mais également dans le cadre de leur vie de famille, dans leurs contacts avec les adultes et dans leurs relations avec les autres. Il concerne tous les jeunes confrontés à des obstacles qui leur paraissent, a priori, insurmontables.

 

Grâce aux outils d’orientation, le coaching scolaire permet également à l’adolescent de trouver sa voie. La coach accompagnera l’adolescent/jeune adulte tout au long du questionnement concernant le choix de la bonne filière jusqu’à l’orientation vers des études supérieures, une formation ou un métier.

 

Tout coaching commence par une discussion, avec la thérapeute, qui permettra de comprendre la réalité vécue, la ou les problématiques rencontrées et d’analyser le(s) besoin(s).

La coach va permettre à l’adolescent/au jeune adulte d’en apprendre davantage sur lui-même, de se réinventer. Cela lui permettra de mieux se comprendre lui-même ainsi que le monde qui l’entoure. Prendre conscience de sa richesse intérieure, de ses potentialités, est souvent la clef qui mène à l’acquisition d’une meilleure confiance en soi, celle qui mène à la réussite individuelle.

 

La coach utilise l’écoute active, le questionnement et des outils pratiques spécifiques au coaching. Ces techniques permettent au jeune, de trouver lui-même la réponse aux interrogations ou aux problèmes qu’il rencontre, de manière active et participative. La coach aide ainsi le jeune à relativiser, à lâcher-prise, à redéfinir ses priorités, à se motiver, à se fixer des objectifs et à se donner les moyens de les atteindre. Cette meilleure connaissance de lui-même lui permettra de reprendre une forme de contrôle sur sa vie et de trouver des solutions par rapport à ses différences ou face aux situations vécues comme problématiques. Le jeune pourra ainsi profiter davantage de son enfance, de son adolescence en s’épanouissant tant à l’école qu’au sein de son milieu familial.

 

Les objectifs principaux de ce coaching seront d’améliorer le regard que la jeune porte sur ses études, lui donner une bonne estime de lui, apprendre à étudier et lui donner les clés pour une bonne orientation.

 

Certaines tâches ou exercices peuvent être proposés entre les séances afin de mettre en pratique ce qui aura été discuté pendant les échanges.

 

Durée et tarif :

 

Séance individuelle + Suivi avec les parents (50min + 10 min) : 50 euros.

 

Coach :

 

Margaux Demaeseneer

08. Neuropsychologie de l’enfant (6 à 18 ans)

Bilans neuropsychologiques pour l’enfant et l’adolescent de 6 à 18 ans.

 

Problématiques :

 

  • Suspicion de haut potentiel ou de déficience mentale
  • Agitation importante, impulsivité et/ou suspicion d’hyperactivité
  • Difficultés d’ordre attentionnel
  • Difficultés d’apprentissage (échec scolaire, etc.)

 

Liste non exhaustive des tests utilisés :

 

  • WISC-V
  • WAIS-V
  • Matrices de Raven
  • Stroop
  • CMS (échelle de mémoire pour enfants)
  • TMT (Trail Making Test)
  • TEA-Ch
  • NEPSY-II
  • Block tapping test

 

La neuropsychologie est une discipline scientifique qui s’intéresse aux relations entre les structures cérébrales et le comportement humain. Elle étudie l’impact des dysfonctionnements d’origine neurologique ou développementale sur les fonctions cognitives et le comportement. Le bilan neuropsychologique, qui peut avoir une visée diagnostique, permettra également d’identifier les forces et les faiblesses de l’enfant/l’adolescent et ainsi de lui offrir l’aide la plus adéquate.

 

Déroulement du bilan :

 

De façon générale, un bilan est réalisé sur deux ou trois séances d’une heure.

 

  1. Anamnèse

Le bilan neuropsychologique débute par un entretien préliminaire, au cours duquel le neuropsychologue réalise une anamnèse. L’objet de cette première étape est de recueillir des informations concernant le contexte de la demande, mais également des informations relatives au patient telles que par exemple son parcours scolaire, ses antécédents médicaux ou encore l’existence d’autres troubles.

Cet entretien préalable avec l’enfant et ses parents permet d’établir une relation positive nécessaire pour le bon déroulement de la suite de l’évaluation. L’anamnèse permet également de connaître la situation familiale du patient, de recueillir des informations sur son fonctionnement antérieur, d’évaluer la conscience que celui-ci a de ses troubles, d’analyser ses réactions affectives par rapport à ceux-ci, son état psychologique et émotionnel, ou encore les répercussions des troubles sur ses activités quotidiennes.

De plus, le neuropsychologue peut déjà observer, s’il y en a, un certain nombre de difficultés cognitives lors de l’anamnèse. Tout au long de l’entretien d’anamnèse et lors de la passation des tests, le neuropsychologue observe la manière dont le patient se comporte. Ces informations, qualitatives, viendront compléter les données quantitatives obtenues à travers les tests et seront prises en compte lors de l’interprétation des résultats.

 

  1. Passation

Le neuropsychologue utilise des outils normés et standardisés, spécifiques ou non à certains domaines de la cognition. Le choix des épreuves administrées se fera en fonction de la pathologie suspectée, des hypothèses qu’il a formulées, ou de contraintes telles que l’âge.

Il s’agit généralement d’épreuves que l’on appelle « papier-crayon » mais des tests informatisés peuvent également être utilisés. Les performances du patient sont analysées quantitativement. À côté de cette appréciation quantitative, une évaluation plus qualitative pourra prendre place dans le bilan.

Un bilan neuropsychologique peut explorer divers domaines de la cognition tels que le raisonnement, les fonctions exécutives, la mémoire, l’attention, la perception, les capacités visuo-spatiales, les praxies, le langage et la communication, ainsi que les émotions et les comportements.

 

  1. Restitution

Après avoir corrigé et analysé les résultats obtenus aux différentes épreuves administrées, le neuropsychologue va confronter ces données à ce qu’il a pu observer pour pouvoir finalement les interpréter.

Les résultats seront ensuite présentés et expliqués aux parents. Le cas échéant où un trouble serait mis en exergue lors du bilan, les conséquences de celui-ci ainsi que les potentielles prises en charge thérapeutiques possibles seront présentées aux parents. Outre les conseils prodigués à l’enfant et à ses parents, et les possibles aménagements de l’environnement, d’autres prises en charge telles que la stimulation cognitive ou la mise en place de stratégies de compensation pourront être proposées. Le but ultime étant d’améliorer le fonctionnement de l’enfant/l’adolescent dans ses activités de la vie quotidienne et d’améliorer sa qualité de vie en favorisant par exemple son sentiment de bien-être.

 

Durées et tarifs :

 

Bilan intellectuel enfant/adolescent : 90 euros.

 

Bilan neuropsychologique enfant/adolescent : 200 euros.

  • Anamnèse (30 min)
  • + Testing (2 h)
  • + correction des épreuves, analyse et rédaction du rapport (2 h)
  • + explications et remise des résultats
  • (40 euros /heure de testing supplémentaire)

 

Séance de rééducation neuropsychologique enfant/adolescent (45 min) : 40 euros.

 

Neuropsychologue :

 

Jennifer Michiels

02. Psychologie de l’enfant – Bilan psycho-affectif (3 à 18 ans)

Test de Rorschach – Psychodiagnostic de 6 à 18 ans.

 

Le bilan psycho-affectif est une évaluation visant à comprendre le fonctionnement affectif de l’enfant et l’adolescent, à mieux connaître sa personnalité, à rendre compte de ses difficultés et des ressources dont il dispose à un moment précis de son parcours.

 

Se basant à la fois sur l’observation du comportement de l’enfant et l’adolescent au cours des entretiens, des résultats obtenus aux tests projectifs ainsi qu’aux questionnaires administrés, le psychologue va pouvoir par la suite proposer une prise en charge thérapeutique ciblée.

 

Deux types d’épreuves sont utilisées : les épreuves projectives (tels que le Test de Rorschach, la méthode des phrases à compléter de Bonnet) et les auto- ou hétéro-questionnaires centrés sur un aspect des troubles de l’enfant (la dépression, l’anxiété, l’estime de soi, etc.)

 

Le bilan psycho-affectif est composé de trois parties : l’entretien préliminaire, la passation des tests et la restitution des résultats avec remise d’un rapport écrit. La réalisation du bilan comprend habituellement trois séances de 50 minutes ainsi qu’une séance au cours de laquelle aura lieu la remise des résultats.

 

Tarifs :

 

Bilan psycho-affectif : 200 euros.

Passation d’un test projectif : 75 euros.

 

Psychologues :

 

Bilans de 3 à 6 ans : Deborah Quenon

Bilans de 6 à 18 ans : Jennifer Michiels

  • 1
  • 2